Mon vétérinaire a prescrit une collerette à mon animal

Votre chien ou votre chat a subi une intervention chirurgicale ou présente des troubles cutanés et le vétérinaire lui a posé une collerette ? Vous vous demandez bien comment il pourra supporter, pendant toute la durée recommandée, cet accessoire qui le rend si maladroit et vous songez déjà à la lui retirer ? Attention, le port de ce carcan fait, tout autant que les médicaments ou les soins qui ont pu lui être prescrits, partie intégrante de son traitement !

 

 

La collerette est un dispositif destiné à éviter qu’un chat ou un chien ne se lèche ou ne se gratte, généralement le temps de laisser cicatriser une plaie. Il s’agit d’un système qui, bien que souvent mal perçu, reste bien utile car il est tout à fait impossible pour un animal qui ressent des démangeaisons de se retenir de se gratter ou se lécher…

Différents types de collerettes

Différents types de dispositifs existent

Le plus courant est la collerette classique également appelée carcan : il s’agit d’un cône en plastique transparent ou translucide disposant d’une ouverture pour passer la tête. Il en existe de différentes tailles et leur diamètre est ajustable pour s’adapter au mieux à la taille du cou de l’animal. Des languettes à la base du carcan permettent d’y passer un lien ou un collier afin de bien le maintenir en place. La tête se trouve ainsi entourée, empêchant l’animal de se lécher le corps ou de se gratter la face, tout en lui laissant la possibilité de boire ou manger.

Il existe également un autre type de collerette : la collerette gonflable ou collerette lune. Il s’agit d’une sorte de collier à mettre autour du cou et qui, une fois gonflé, empêche de se retourner et de se lécher le corps. Ce modèle n’empêche cependant pas toujours forcément l’animal de se gratter ou de se frotter la tête au sol ou contre les coins de meubles… Le cône rigide est donc plus approprié pour les lésions localisées sur la tête.

L’utilisation d’un type particulier de collerette dépend donc de la localisation de la plaie à protéger.

Indications

D’une manière générale, la collerette est destinée à empêcher l'accès à une plaie ou à un pansement. Cette lésion pourra concerner la tête (la collerette limitera alors tout frottement ou grattage de la zone concernée) ou une autre zone du corps (le carcan empêchant alors tout léchage ou mordillements de la lésion). Un animal qui ressent des démangeaisons ou une douleur va, en effet, naturellement chercher à se soulager en se léchant ou en se grattant sans se soucier du fait que cela puisse être néfaste. Or, ces actions peuvent gêner voire empêcher la guérison : contrairement à une idée très répandue, la salive d’un chien ou d’un chat n’a aucune propriété antiseptique, bien au contraire ! La salive est un milieu dans lequel vivent de nombreuses bactéries qui peuvent provoquer la surinfection d’une plaie.

Un carcan sera généralement prescrit

  • Suite à une intervention chirurgicale : les suites d’une opération peuvent entraîner douleur et démangeaisons, si l’animal peut accéder à la plaie, il y a un risque important qu’il arrache ses points de suture. Par ailleurs, si la localisation de la chirurgie rend la pose d’un pansement très difficile, l'empêchant de bien tenir en place, ou que l’intervention pratiquée nécessite de laisser la plaie à l’air libre, la collerette est incontournable.
  • En cas de plaie : la présence d’une plaie de morsure par exemple, d’un abcès ou de tout autre type de blessure est souvent source de prurit. Pour permettre une cicatrisation correcte, la collerette peut s’avérer nécessaire.
  • En cas de problème cutané : certaines affections telles que les allergies cutanées (allergie aux piqûres de puces par exemple), diverses dermatoses parasitaires ou encore les otites provoquent souvent des démangeaisons intenses responsables de l’apparition de plaies de grattage secondaires voire de surinfection.

Mode d’emploi

Si votre chien ou votre chat porte habituellement déjà un collier, le mieux est de fixer la collerette sur ce collier. Sinon, un lien en tissu assez large peut être utilisé pour fixer le carcan au cou de l’animal. Mieux vaut éviter les ficelles et fils trop fins qui risqueraient de cisailler la peau.

Il faut prendre soin d’ajuster idéalement le lien ou le collier : il ne doit être ni trop serré (vous devez pouvoir passer au moins deux doigts entre le cou de l’animal et le collier ou le lien), ni trop lâche (vérifiez que le lien est suffisamment serré pour que la collerette ne puisse pas passer trop facilement autour de la tête du chat ou du chien, signe qu’il pourrait l’enlever trop facilement).

Le mieux, une fois la collerette installée, est de ne plus y toucher. Sa taille et sa forme sont adaptées pour que l’animal puisse continuer à manger et boire normalement.

Inconvénients et précautions

La collerette est un accessoire bien utile mais aussi souvent difficile à supporter par l’animal au début. Il arrive souvent que l’animal se mette à marcher à reculons juste après la pose du carcan !
Son port modifie, en effet, l’appréhension de l’environnement, notamment le champ de vision et la réception des sons. Le repérage des obstacles est perturbé, l’animal peut se cogner dans les meubles ou les murs. Le fait de boire et manger devient également plus compliqué...

Il convient néanmoins de prendre son mal en patience. L’animal finit généralement par s’habituer à la présence de la collerette après 1 ou 2 jours. Il s’adaptera d’autant mieux au port de ce carcan s’il le porte en permanence. Si vous cédez et le lui retirez, vous pourriez ne pas parvenir à lui remettre et surtout, s’il échappe un court laps de temps à votre vigilance, il pourra se lécher ou arracher ses fils de suture (quelques secondes suffisent !)

S’il a du mal à s’y faire, faites diversion en jouant avec lui, en attirant son attention sur un jouet ou en lui proposant diverses activités. Pour lui faciliter la prise de boisson et de nourriture, vous pouvez remplacer sa gamelle habituelle par un contenant mieux adapté à la prise de nourriture avec un carcan. Surélever sa gamelle pourra également l’aider. En ce qui concerne les chats, si votre chat a une litière fermée par un couvercle, mieux vaut enlever le couvercle pour quelques jours et lui laisser uniquement le bac qui sera beaucoup plus facile d’utilisation seul pendant le port de la collerette. Mieux vaut lui interdire temporairement l’accès à l’extérieur. L’appréhension du milieu extérieur avec la collerette est compliquée et vous ne serez, de plus, pas là pour le surveiller et l’aider si besoin.

Vous l’aurez compris, le port de la collerette est un mal nécessaire pour une guérison de votre animal et il est primordial de ne pas la lui retirer. Même si cela reste rare, il peut arriver que certains animaux ne s’habituent pas du tout au port de la collerette et qu’ils restent complètement prostrés, ce même passés quelques jours. Dans ce cas, n’hésitez pas à contacter votre vétérinaire afin de lui demander conseil et de trouver avec lui une solution.

 

Auteur : Dr. Hélène Blondel. Illustratrice : Dr. Caroline Allard - Vetup®