Mucus dans les selles chez le chien

Les selles de mon chien sont glaireuses…

 

Les excréments de votre animal peuvent parfois être couverts de mucus. Le mucus désigne habituellement une substance de consistance visqueuse. Constitué principalement d’eau et de protéines, il est souvent incolore, mais peut comporter des traces marrons, jaunâtres voire rouges

 

Il est sécrété de façon normale par de nombreux organes (nez, poumons, intestins, organes génitaux) et possède même une fonction lubrifiante et protectrice contre les infections. Lorsqu’il est présent en quantité anormale dans les selles, cela peut être le signe d’un problème intestinal, dont il vaut mieux aviser votre vétérinaire.

 

 

Causes

Le mucus est présent de façon normale, en petite quantité, autour des selles. Il les recouvre généralement afin de faciliter leur passage dans le gros intestin et le rectum. Il est, dans ce cas, à peine visible.
En revanche, lorsqu’il est présent en quantité importante, cela n’est pas normal et peut être le signe d’un problème intestinal. Plus spécifiquement, la présence de mucus dans les selles est plutôt le signe d’une inflammation au niveau du côlon (colite). Lorsque le gros intestin est le siège d’une inflammation, il réagit en produisant du mucus en quantité excessive.

Plusieurs causes sont possibles :

  • Parasitaires : la présence de parasites intestinaux peut provoquer une colite
  • Bactériennes : lorsque la flore intestinale est perturbée, la prolifération de certaines bactéries peut se manifester par la présence de mucus dans les selles
  • Alimentaires : un changement brutal de régime alimentaire, des intolérances ou allergies alimentaires, ou simplement un régime alimentaire inadapté peuvent également entraîner une inflammation du côlon
  • Inflammatoires chroniques : comme, par exemple, lors de Maladie Inflammatoire Chronique de l’Intestin (MICI) qui peut être notamment liée à une hyperactivité du système immunitaire de l’appareil digestif de l’animal
  • Tumorales : la présence de tumeurs colorectales, bien que plus rare, est également une cause possible de la présence de mucus dans les selles, tout comme la présence de polypes.

Symptômes

Selon l’origine du problème, d’autres symptômes peuvent être associés à la présence de mucus.

En cas de colite seule, la présence de mucus est souvent associée à une consistance molle des selles, ainsi qu’à une augmentation de leur volume et de la fréquence des défécations.

Des démangeaisons sont parfois présentes au niveau de l’anus. L’animal peut alors se lécher fréquemment cette zone, voire se traîner les fesses sur le sol pour se soulager. Des traces de sang peuvent également être présentes.

Si l’inflammation concerne également les parties plus hautes de l’appareil digestif, d’autres symptômes sont possibles :

selles liquides, borborygmes intestinaux (gargouillis), vomissements, douleur abdominale, perte d’appétit, voire baisse de l’état général et amaigrissement si les symptômes durent plusieurs jours ou semaines.

 

 

Diagnostic

Le diagnostic doit être établi par un professionnel. Si vous remarquez la présence anormale de mucus dans les selles de votre chien, prenez contact avec votre vétérinaire.

Dans un premier temps, ce dernier s’appuiera sur les éléments que vous aurez à lui rapporter, ainsi que sur l’examen clinique de votre chien. Cela lui permettra de formuler une ou plusieurs hypothèses diagnostiques. Des informations sur les circonstances d’apparition des symptômes, l’alimentation habituelle de l’animal ou encore l’administration récente d’un vermifuge ou non lui seront précieuses.

Dans un deuxième temps, le vétérinaire pourra s’appuyer sur des examens complémentaires pour préciser son diagnostic : radiographies, échographie, coproculture, analyses sanguines, voire coloscopie.

Traitement et prévention

Face à des problèmes digestifs sans atteinte de l’état général, le traitement est souvent symptomatique dans un premier temps.
Le vétérinaire prescrira, selon les symptômes observés, des traitements anti-vomitifs, anti-diarrhéiques, un pansement intestinal ou encore des antispasmodiques. Une diète alimentaire de 24 heures pourra éventuellement être recommandée, sans toutefois limiter la quantité d’eau de boisson.

Dans le cas de colites liées à une prolifération bactérienne, un traitement antibiotique sera utile. Des probiotiques pourront, par la suite, aider à préserver la flore intestinale.

Si la présence de parasites intestinaux est suspectée ou avérée, un traitement vermifuge sera également prescrit. Ce traitement est à renouveler régulièrement pour empêcher une rechute. L’administration régulière d’un vermifuge est d’ailleurs recommandée, en prévention, pour tout animal, même s’il ne présente pas de symptômes.

Lors de maladie inflammatoire chronique, un changement de régime alimentaire ou un traitement immunosuppresseur peuvent aider à réduire les symptômes observés.

Si l’état général de votre animal est atteint, une hospitalisation est parfois nécessaire afin de le perfuser et lui administrer les traitements médicamenteux sous forme injectable.

 

Dans tous les cas, l’alimentation est généralement un élément très important du traitement et de la prévention des rechutes. Une alimentation inadaptée ou trop variable peut, en effet, favoriser les colites, les perturbations de la flore intestinale ou les intolérances alimentaires. Un régime spécifique peut donc vous être recommandé à plus ou moins long terme, voire à vie.

Parlez-en avec votre vétérinaire, d’autant qu’indépendamment des problèmes digestifs, une alimentation équilibrée et de qualité limite l’apparition de nombreux problèmes de santé chez nos animaux.

 

Auteur : Dr. Hélène Blondel et illustratrice : Dr. Caroline Allard - Vetup®